Qui est Jürgen Moltmann ?

 

Qui est Jürgen Moltmann ?

Le Dieu vivant et la plénitude de vie

Face à nos questions existentielles, une théologie pour la vie en dialogue avec la culture contemporaine

Aujourd’hui, dans la lignée de ses nombreux ouvrages , le nouveau livre de Jürgen Moltmann publié par le Conseil Œcuménique des Eglises, s’intitule : « The living God and the fullness of life » (Le Dieu vivant et la plénitude de vie ») (1). Comme le souligne un commentateur, James M Brandt (2), Moltmann poursuit son projet théologique : mettre en valeur la réalité du Dieu vivant et montrer ce à quoi la vie humaine ressemble lorsqu’elle prend forme dans une rencontre avec le Dieu d’Israël et Jésus-Christ. Brandt rappelle à cette occasion la place occupée par Jürgen Moltmann dans la théologie chrétienne depuis les années 60. « Dans ces années là, de pair avec Wolfhart Pannenberg, Moltmann a développé une théologie de l’espérance en mettant l’eschatologie au centre de la pensée et de la vie chrétienne et en participant significativement à la construction d’une théologie de l’engagement politique, particulièrement la théologie de la libération. En 1972, son livre : « Dieu crucifié » a fait progresser la théologie de la croix développée par Luther en affirmant combien la souffrance de Dieu est primordiale pour comprendre qui est Dieu. L’œuvre de Moltmann sur le Saint Esprit et sur le Dieu trinitaire a été une grande contribution au renouveau de la pneumatologie et de la pensée trinitaire. Un seul de ces apports aurait suffi à nous permettre de percevoir Moltmann comme un géant de la théologie, ajoute Brandt. Toutes ces contributions font peut-être de lui, le théologien le plus important de notre époque ».

On regarde ensemble l’horizon

On regarde ensemble l’horizonLa théologie de Moltmann m’attire parce qu’elle est une théologie heureuse qui nous invite à aspirer de tout notre être au bonheur. C’est cela l’espérance et cela ne va pas de soi. Il faut s’en pénétrer chaque matin. Il faut en demander la grâce et s’appuyer sur des amis engagés sur un même chemin. C’est ainsi que d’une certaine manière, on participe dès aujourd’hui au royaume de Dieu.
Cette théologie m’intéresse particulièrement parce que je suis âgée et la tentation est de vivre de nostalgies, de manquements et d’échecs qui appartiennent au passé.
J’aime à penser qu’à mon âge, la vie peut se renouveler, qu’il y a encore tout un avenir pour la nouveauté. Pour cela, je ne suis pas seule. J’appartiens à un peuple en marche. Un courant doit pouvoir nous porter.